Pierre Fortin

Conseiller en gestion de patrimoine principal

Adresse

BMO Nesbitt Burns
1850, rue Panama
Bureau 400
Brossard, QC
J4W 3C6
Carte

Contactez-moi

Cinq résolutions fiscales pour 2018



Alors que vous réfléchissez à vos priorités financières pour l’année qui vient, voici quelques résolutions qui pourraient réduire votre impôt, accroître votre valeur nette et contribuer à votre réussite financière en 2018.

1. Commencez dès maintenant votre planification fiscale 2018
Bien des investisseurs attendent la fin de l’année pour réfléchir à la façon de réduire leurs impôts. Ainsi, ils passent souvent à côté de possibilités de planification fiscale. La planification fiscale devrait se faire toute l’année, ce qui permet de profiter au maximum de ces possibilités. Demandez à votre conseiller financier BMO une copie de l’Échéancier fiscal personnel 2018, qui indique des dates limites importantes sur le plan fiscal et fournit des conseils qui vous seront utiles toute l’année.

2. Cotisez au REER et au CELI
L’une des meilleures façons d’épargner suffisamment pour la retraite est de cotiser régulièrement à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER). La date limite de cotisation aux REER pour 2017 est le 1er mars 2018. Si vous avez déjà cotisé au REER pour 2017, envisagez de verser votre cotisation REER 2018 de bonne heure au lieu d’attendre 2019, pour maximiser la composition des revenus en report d’impôt dans votre REER. La cotisation maximale au REER est fixée à 26 010 $ pour 2017 et 26 230 $ pour 2018 .

Souple et avantageux, le compte d’épargne libre d’impôt (CELI) est un instrument idéal pour ceux qui ont de multiples objectifs financiers. Pour 2018, le plafond de cotisation au CELI se situe à 5 500 $ . Les droits de cotisation inutilisés – qui remontent à 2009, année de mise en place du programme, ou à l’année de vos 18 ans – sont reportés indéfiniment et peuvent être utilisés ultérieurement.

Vous pourriez donner de l’argent à votre époux ou à votre conjoint de fait, ou à vos enfants adultes, pour leur permettre de cotiser à leur propre CELI (sous réserve de leurs droits de cotisation). Le revenu gagné dans le CELI du conjoint ou de l’enfant adulte ne vous sera pas attribué.

3. Allégez votre fardeau fiscal en fractionnant votre revenu
Dans le système actuel, plus les revenus d’un particulier sont élevés, plus il paie d’impôt. Il est donc judicieux de répartir votre revenu entre les membres de votre famille imposés à un taux inférieur afin de réduire le fardeau fiscal global de la famille, sous réserve des règles d’attribution du revenu. Voici quelques-unes des stratégies de fractionnement du revenu les plus couramment utilisées:

• prêt portant intérêt au taux prescrit, accordé à un proche assujetti à une tranche d’imposition moins élevée; cette stratégie est particulièrement attrayante, car les taux se situent en ce moment à des creux historiques ;
• fractionnement du revenu de pension entre les époux (ou conjoints de fait);
• dons à des enfants adultes ou à d’autres membres adultes de la famille (autres qu’un époux ou une épouse ou un conjoint de fait);
• dons à un enfant mineur, directement ou par l’intermédiaire d’une fiducie, pour lui permettre de faire des placements qui ne génèrent que des gains en capital.

4. Réduisez le montant de vos retenues d’impôt à la source
Beaucoup de contribuables sont tout heureux de recevoir un remboursement. Cela veut dire toutefois qu’ils ont accordé un prêt sans intérêt au gouvernement pendant l’année. Si vous bénéficiez d’un remboursement, c’est généralement parce que les impôts que retient votre employeur dépassent ceux que vous devez. Les taux de retenue d’impôt à la source sont fondés sur une estimation des impôts que vous devrez pour l’année si votre unique source de revenu est celle sur laquelle les impôts sont calculés. Ces taux ne tiennent pas compte des déductions et des crédits dont vous pouvez vous prévaloir, comme les cotisations à un REER, les pensions alimentaires ou les dons de bienfaisance.

Il se peut donc que les retenues soient excessives pendant l’année et donnent lieu à un remboursement d’impôt après la production de votre déclaration de revenus. Si vous voulez que votre employeur réduise le montant des retenues d’impôt à la source, vous devez en faire la demande par écrit au bureau régional d’impôt de l’Agence du revenu du Canada (ARC) et/ou de Revenu Québec (RQ). Il vous faudra joindre à votre demande des documents justificatifs, comme vos reçus de cotisation REER ou une ordonnance de la cour pour la pension alimentaire que vous versez.

Si votre demande est acceptée par l’ARC et/ou RQ, votre employeur recevra une lettre l’autorisant à réduire la retenue d’impôt sur votre revenu d’emploi. Cette réduction vous permettra d’accroître votre revenu net disponible tout au long de l’année au lieu de tout recevoir en une seule fois l’année suivante sous forme de remboursement d’impôt.

5. Profitez des avantages fiscaux des dons de bienfaisance
Les dons de bienfaisance procurent d’innombrables avantages : en plus d’aider les personnes dans le besoin, vous tirez une satisfaction personnelle de votre contribution à une cause qui vous tient à cœur. Cependant, avec une bonne planification, vous pouvez aussi réduire votre impôt et maximiser la valeur de votre don. Le don de titres cotés admissibles peut être préférable à un don en espèces de valeur égale, particulièrement si vous aviez décidé de céder les titres. La juste valeur marchande des titres donnés à un organisme de bienfaisance vient en déduction de vos impôts, sous forme de crédit d’impôt pour dons de bienfaisance. Pour les dons faits après 2015 qui dépassent les premiers 200 $, les donateurs ayant un revenu élevé pourront se prévaloir d’un crédit d’impôt fédéral de 33 % (au lieu de 29 %) sur la tranche des dons qui provient d’un revenu assujetti au nouveau taux marginal d’imposition de 33 % entré en vigueur le 1er janvier 2016.

Si l’on prend également en compte le crédit d’impôt provincial pour don de bienfaisance, l’économie d’impôt peut s’élever à environ 50 % de la valeur du don (selon la province de résidence). Un don de titres est considéré comme une cession sur le plan fiscal; cependant, en raison des incitatifs fiscaux pour les dons de titres admissibles dont la valeur s’est appréciée, le taux d’inclusion des gains en capital est nul, alors qu’il serait normalement de 50 %. Par ailleurs, en regroupant vos dons et ceux de votre conjoint sur une même déclaration de revenus, vous bénéficierez d’une réduction d’impôt maximale.

Si vous voulez faire des dons de façon plus stratégique, vous pourriez envisager de mettre en place un fonds à vocation arrêtée par le donateur dans le cadre du Programme de dons de bienfaisance de BMO. Vous pouvez faire un don à votre fonds à vocation arrêtée par le donateur et réaliser des économies d’impôt dès maintenant, tout en effectuant des versements à vos organismes bénéficiaires au fil du temps afin de laisser un héritage durable. Divers actifs peuvent être utilisés afin d’établir un fonds à vocation arrêtée par le donateur ou d’y verser des cotisations supplémentaires, y compris des titres cotés en bourse.
 

« Précédent