Skip Navigation

Contactez-nous

Luc Blanchard
Geneviève Blanchard
Claude Dion
Marjolaine Côté

Sans frais: 1 800-820-7870
Tél.: 819-820-7873
Téléc.: 819-821-9102

Adresse
65, rue Belvedere Nord
Suite 230
Sherbrooke, QC
J1H 4A7
Carte

Investissement socialement responsable


 

VOUS ÉPARGNEZ EN VUE DE L’AVENIR?

 

Évolution des placements ESG


L’investissement socialement responsable (ISR), qui existe depuis des générations, est à l’origine des placements fondés sur les facteurs ESG (environnementaux, sociaux et liés à la gouvernance). Des critères de sélection éthiques ou négatifs étaient initialement utilisés pour exclure des titres individuels ou des secteurs entiers en fonction de critères sociaux ou environnementaux. Par exemple, les sociétés de l’industrie du tabac pouvaient être exclues en raison de leur lien avec le cancer. 

Le potentiel de baisse souvent associé aux critères de sélection négatifs a entraîné la création des critères de sélection positifs. Ainsi, les gestionnaires doivent plutôt investir dans des sociétés ayant un ensemble de qualités au lieu d’éviter celles qui ont certains défauts. Cette approche fondée sur des critères de sélection positifs est à l’origine du concept Meilleur de sa catégorie. Ainsi, les sociétés ou les industries n’étaient plus automatiquement rejetées de la liste de placements potentiels. Les gestionnaires de placements essayaient de trouver les sociétés ayant les meilleures pratiques au sein de chaque secteur avant d’y investir. Autrement dit, au lieu d’exclure le secteur du pétrole et du gaz, le gestionnaire cible les sociétés ayant de bons antécédents par rapport à leurs homologues, par exemple en ce qui a trait aux questions environnementales et autochtones.
 

Participation des actionnaires


Une fois les meilleures sociétés de leur catégorie repérées par les gestionnaires, il a été démontré que, dans certains cas, l’engagement actif des actionnaires influe positivement sur le comportement de l’entreprise. Ces efforts comprenaient des conversations avec la direction de l’entreprise sur des sujets d’inquiétude ainsi que la soumission et le vote de résolutions concernant les procurations. Ces activités sont réalisées dans l’espoir que les investisseurs socialement responsables puissent, ensemble, amener la direction à suivre une voie susceptible d’accroître le rendement financier au fil du temps et d’améliorer le bien-être des actionnaires, des clients, des employés, des fournisseurs et des collectivités.
 

Les facteurs ESG comme source de valeur ajoutée (alpha)


Bien effectués, les placements ESG sont de plus en plus considérés comme une source de valeur ajoutée – ou alpha – dans le cadre du processus de placement. En effet, si une société excelle dans la gestion des facteurs ESG, elle pourra effectivement améliorer son rendement et réduire ses dettes futures. La capacité de certaines sociétés à surmonter les défis que représentent les évaluations environnementales ou les questions de revendications territoriales plus rapidement que les autres grâce à leur expérience, et à leur réputation favorable, dans ces cas constitue un exemple d’avantage potentiel lié à une gestion experte des facteurs ESG. 

De nos jours, l’investissement responsable s’entend de l’intégration des facteurs ESG aux processus de gestion de placements et aux pratiques en matière de propriété dans l’espoir que ces facteurs aient des répercussions importantes sur le rendement financier. Grâce à l’approche davantage intégrée fondée sur les facteurs ESG, des sociétés qui auraient autrefois été exclues comme option de placement sont désormais reconnues pour leurs efforts. Les investisseurs peuvent ainsi bénéficier de grandes sociétés au sein d’industries perçues comme négatives. Comme les sociétés sont aujourd’hui confrontées à des dettes futures et à des coûts environnementaux plus élevés, la décision d’investir doit absolument tenir compte des coûts futurs potentiels pour les actionnaires.


Implications pour le choix du gestionnaire et des placements


De nombreux gestionnaires et occasions de placement sont disponibles. Alors, comment faire son choix? L’approche de certains gestionnaires consiste à évaluer les portefeuilles en fonction de listes de sociétés établies par des fournisseurs externes. De cette façon, ils risquent de prendre des décisions mal éclairées à l’égard du portefeuille, ce qui pourrait avoir des conséquences inattendues sur le portefeuille. Des études semblent indiquer qu’une telle méthode de sélection peut compromettre le rendement. La meilleure chose à faire consiste peut-être à choisir un gestionnaire qui a pleinement intégré l’approche fondée sur les facteurs ESG à son processus de gestion de portefeuille et de recherche. L’avantage, c’est que ces gestionnaires de placements ont fait les efforts nécessaires pour comprendre les enjeux ESG et leurs répercussions sur chaque société, ce qui donne un portefeuille plus robuste et mieux diversifié. 
 

Si vous désirez obtenir de plus amples renseignements sur l’ISR fondé sur des critères de sélection ESG, parlons-en.