Luc Bibeau

Gestionnaire de portefeuille

Tél.: 514-277-5311

Adresse

BMO Nesbitt Burns
1501, avenue McGill College
32e étage
Montréal, QC
H3A 3M8
Carte

BMO Nesbitt Burns
BMO Banque de Montréal
5353, Chemin Queen-Mary
Montréal, Québec
H3X 1V2

Contactez-moi

Stratégie de placement axée sur la croissance des dividendes

Stratégie de placement axée sur la croissance des dividendes

L’essentiel
Au moment d’investir un revenu, il est intéressant de considérer la croissance des dividendes. Cette stratégie a résisté à l’épreuve du temps en continuant d’offrir une croissance stable même en périodes de volatilité. En analysant les tendances au fil des décennies, il apparaît clairement que les sociétés qui relèvent leurs dividendes offrent une meilleure valorisation et des rendements supérieurs, sans mentionner les versements continus malgré les fluctuations du marché. 

Historiquement, les actions dont les dividendes progressent performent mieux que les actions des compagnies qui réduisent leurs dividendes ou n’en versent pas du tout. Non seulement les sociétés qui relèvent leurs dividendes profitent de rendements totaux plus élevés, mais en plus, elles y arrivent en courant un risque moindre. Les compagnies qui ont constamment augmenté leurs versements ont dégagé des rendements excédentaires en périodes de volatilité du marché. Lors de replis cycliques ou de véritables récessions, les actions des sociétés qui versent des dividendes ont habituellement dégagé un rendement supérieur aux autres actifs à rendement nul. Le tableau ci-dessous illustre comment les compagnies offrant une croissance continue des dividendes ont dégagé des rendements excédentaires en périodes de volatilité accrue.  


Le rendement excédentaire moyen des sociétés qui relèvent leurs dividendes est de 0,8 % tous les mois où l’indice de volatilité du CBOE (VIX) a bondi. En fait, les rendements excédentaires ont été plus élevés (1,6 %) au cours des mois où le VIX a connu des pics de plus de 40 %.



Les compagnies dont les dividendes progressent constamment montrent également des fondamentaux robustes comparativement aux compagnies qui ne versent aucun dividende. Cela est vrai en ce qui concerne les bénéfices, les revenus, les flux de trésorerie disponibles (FTD), les marges et le rendement des capitaux propres (RCP). Historiquement, toutes ces variables sont plus élevées pour les sociétés qui relèvent leurs dividendes. La valorisation de ces sociétés est donc généralement très attrayante. Leur cours a fait ressortir une prime de 23 % par rapport aux titres qui versent des dividendes élevés au cours des trois dernières décennies.